play_arrow

Correspondance

Lettre d’une inconnue – Stefan Zweig

Arrière-plan
  • play_arrow

    Lettre d'une inconnue - Stefan Zweig Radio d'ici


– Correspondance –

Cette correspondance de mars est fictive, inventée, imaginée par un auteur de 41 ans, né dans un vieil empire au XIX ème siècle.

«J’ai été témoin de la plus effroyable défaite de la raison.»

Diffusé au mois de mars 2021.

      Correspondance - Lettre d'une inconnue

Zweig vit dans son temps, il participe pleinement au rayonnement de cette culture viennoise et européenne. Il a été l’ami et a correspondu avec les grands intellectuels et humanistes de son époque, Freud, Romain Rolland, Verhaeren, Rilke… il a été le librettiste de Richard Strauss à l’opéra de Vienne.

Mais en 1914 ce monde s’écroule. L’horreur a pris l’Europe par le cou.

Zweig (comme toute sa génération), a été le témoin sans défense et impuissant de cette inimaginable rechute de l’humanité dans un état de barbarie que tous croyaient depuis longtemps oublié.

Il s’est trouvé, lui, l’écrivain juif autrichien, l’humaniste, à l’endroit exact où les secousses sismiques exerçaient leurs effets avec le plus de violence.

Il assiste abasourdi à l’effondrement de l’empire qui l’a vu naître (l’Autriche-Hongrie) et à celui de l’Europe à laquelle il croyait passionnément.

Profondément pacifiste, il a vu les deux guerres mondiales ravager des hommes et des idéaux.

«J’ai été témoin de la plus effroyable défaite de la raison.»

Le monde que Stefan Zweig quitte volontairement en 1942, avec sa compagne, ne lui donne plus de raisons d’espérer.

On dit souvent que c’est un auteur qu’on dévore dans sa jeunesse, parce qu’il peint admirablement les sentiments humains. Et à l’âge où on commence à ressentir les premières émotions de notre cœur, on trouve dans ses nouvelles, romans, de quoi nourrir et apaiser nos questions, angoisses.

Les psy affirment que le premier amour à adolescence détermine les paramètres émotionnels des personnes tout au long de leur vie. Se sentir aimé est une condition innée chez l’être humain, c’est à l’adolescence que les changements physiques et hormonaux intensifient les sentiments ou les émotions.

L’amour est un processus d’idéalisation à l’adolescence ce processus est exacerbé, c’est le temps où sont confondus souvent l’amour et l’idolâtrie, le temps où l’amour est plus dans les yeux que dans le coeur.

L’Histoire : Dans cette confidence crépusculaire, une jeune fille déroule ses souvenirs.

Elle confie, avec la sincérité et l’impudeur de son cœur meurtrie, à cet homme, l’histoire de son amour pour lui qui a commencé quand il est venu vivre sur le pallier en face de chez elle, elle avait alors 14 ans.

Dès ce jour, il devient sa seule préoccupation dans sa vie d’adolescente. Elle passe tout son temps à le guetter, à observer les visiteurs qui entrent ou sortent de chez lui, à attendre un regard de lui.

Il la fascine, la tourmente, la fait grandir malgré lui.

Elle l’a aimé tout de suite, passionnément.

Elle l’a perdu de vue quelques années, quand elle a déménagé à l’âge de 17 ans. Loin de lui, elle a nourri sa passion, presque d’une manière pathologique, en revivant toute son adolescence passée à ses côtés.

Elle réussit à revenir vivre dans sa ville, Vienne, des années plus tard.

Elle recommence à l’attendre sous ses fenêtres, à espérer un regard de lui.

Elle va enfin le croiser, lui parler, il ne reconnaitra jamais dans cette jeune femme, l’adolescente qui vivait en face de chez lui ; ils vont se connaître charnellement, trois fois puis 9 ans plus tard, une ultime fois, il ne la reconnaitra pas. Jamais.

Elle ne lui reproche rien, ni la tristesse qu’elle ressentait quand il ne l’a reconnaissait pas, ni son infidélité, ni sa légèreté.

Elle n’a jamais voulu être une gêne pour lui. Elle l’aimait tel qu’il était ardent et oublieux, généreux et infidèle. Elle voulait juste, au moment où elle va mourir, qu’il sache qu’une femme l’avait aimé passionnément.

Lettre d’une inconnue est publiée en 1922.

Deux films réalisés en adaptant cette nouvelle. Un, magnifique de Max Ophüls 1948 et un français de Jacques Deray 2001

Musique

  • Yves Simon Diabolo menthe
  • Kind of blue naïve Cabaret Dubilard
  • Anne Sylvestre Lettre ouverte à Elise
  • Gustav Malher Adagio symphonie N°5
  • Prokofiev Roméo et Juliette Dance of the Knights

 


Correspondance

CONTACT

0%